Sous quelles conditions les discothèques pourront-elles rouvrir ?

Jean Castex et Olivier Véran ont annoncé la réouverture des discothèques après plusieurs semaines de fermeture. La question du port du masque n’est pas résolue.

COVID-19 – Plus de deux mois après leur fermeture en raison de la cinquième vague de Covid-19, les boîtes de nuit pourront rouvrir leurs portes mercredi 16 février, a annoncé le Premier ministre Jean Castex jeudi 20 janvier lors d’une conférence de presse détaillant la suppression . des restrictions.

Pour autant, la question des masques n’a pas été tranchée, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran, également présent. « Cela dépendra probablement de la situation de l’épidémie lorsque la décision sera réellement prise de rouvrir les discothèques », a-t-il précisé.

L’évolution de la situation sanitaire permet d’envisager la réduction des restrictions dès les premiers jours… https://t.co/kka1hAjsnk

Très attendue, la réouverture des discothèques ne devrait pas non plus s’accompagner d’un test négatif imposé aux clients en plus de l’étape de vaccination… sauf si la situation sanitaire s’aggrave.

« La profession est hyper libérée », réagit auprès de l’AFP Thierry Fontaine, président de la branche nuit du principal syndicat de l’hôtellerie-restauration, l’Umih. « Dans les dernières mesures qui gardent l’eau : il y a de la cohérence, au final on se sent respecté, entendu », poursuit-il.

Les boîtes de nuit ont été fermées le 10 décembre. « Le virus circule beaucoup chez les jeunes, même vaccinés, car le port du masque est extrêmement difficile dans ces établissements », a justifié Jean Castex.

Parmi les derniers secteurs qui ont retrouvé une activité normale après les premières vagues de Covid-19, le secteur de l’événementiel et des discothèques a beaucoup souffert de la pandémie. Les 1 200 discothèques de France sont restées fermées pendant 16 mois, de mars 2020 à juillet 2021.

À Lire  Cardo Packtalk Ski : 1-2-1-2 est ce que vous m'entendez

Des aides insuffisantes

Des aides insuffisantes

« Nous n’ignorerons pas le plaisir d’enfin rouvrir… mais quel gâchis : nous fermer ne nous a pas empêché d’avoir un certain nombre de contaminations qui ne s’étaient jamais vues. On était ultra-stigmatisé comme lieu ultra-dangereux, mais se refermer, c’était essayer d’arrêter un tsunami avec un sac de sable », a expliqué Mathieu Lebrun, gérant de la discothèque Le Milton à Baudre (Manche), qui emploie 12 salariés.

Selon lui, l’aide « proportionnée aux difficultés » promise par le gouvernement n’est pas au rendez-vous : le système « au forfait » avec couverture à 100% des pertes d’exploitation en décembre et janvier, « paye peu de factures » mais il sera insuffisant surtout pour les discothèques des stations de ski, qui réalisent parfois la moitié de leur chiffre d’affaires annuel en décembre, contre 20 % en moyenne, précise-t-il.

A noter que le jour de la réouverture des discothèques, le 16 février, les concerts debout seront également à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera également possible dans les bars. Idem que la consommation dans les stades, les cinémas et les transports.

À voir aussi sur Le HuffPost : DJ et boîte de nuit pour une « longue nuit de vaccins » à Berlin