Du 15 décembre au 8 janvier 2023, le Palais de Tokyo invite les étudiants de la Promotion 5 Casa93 à présenter une capsule mode, sous forme d’atelier. A cette occasion, la créativité de ces artistes émergents est mise en relation avec des peintures, des photographies, des films, des archives, des chansons, de la musique et de la danse.

Il semble que ce soit le début de la sacralisation de cette école, qui a élevé la voix lors de la dernière Fashion Week de Paris en imposant une esthétique radicale. Pour Foudre Sentimentale, une exposition qui relie les foules et les éclairs (partagée par quelques lettres), Casa93 questionne notre rapport aux foules.

Dans un geste collectif appelé La Noyade, les jeunes créateurs explorent les émotions suscitées par la foule – convivialité, oppression, ferveur, suffocation, magnétisme, révulsion – et sa violence. « La spirale des corps unis par des combinaisons unisexes et monochromes forme un groupe. L’uniforme est la base de l’individualité de ces membres. Leurs idéaux, leurs questionnements et leurs traditions façonnent leurs vêtements, deviennent une trace aiguisée de leurs visions et de leurs actions au sein de cette masse. La matière étouffe, respire, déchire, se multiplie et se déverse. La foule devient compacte, la spirale se referme. Faites demi-tour, vous faites partie de cette répression », indique le communiqué.

Foudre Sentimentale propose une confrontation entre les corps du public et ces quarante mannequins devenus support créatif pour les participants de l’école de mode Casa93. Suivant la dynamique du vortex, ces corps multiples et inanimés, disposés en spirale, permettent au public de prendre position : être dans la foule ou devant elle. Les créations textiles développées par les étudiants ici s’intéressent à la question d’un uniforme pouvant former une communauté (parfois anonyme), ainsi qu’aux fantasmes liés à certains accessoires, certains gestes rapides, qui motivent les contrôles faciaux.

À Lire  Jacquemus présente sa nouvelle collection sous la pluie de raphia