Un séminaire de Valérie d’Acremont, médecin, épidémiologiste, professeure associée à l’Université de Lausanne et responsable du groupe de recherche au SwissTPH à Bâle.

Imaginez : vous êtes un clinicien ou un clinicien travaillant dans un centre de santé dans un pays aux ressources limitées, avec peu de moyens de diagnostic. A chaque enfant malade que vous voyez, vous avez peur de passer à côté d’une maladie grave qui finira mal, ce qui vous motive à prescrire très souvent des antibiotiques, au cas où…

Un groupe de chercheurs cliniciens et informatiques a alors inventé une application tablette qui intègre toutes les recommandations nationales pour la prise en charge des enfants, qui vous guide pas à pas dans vos consultations et vous permet enfin d’identifier les patients rares dont vous avez besoin. plus, qui n’ont besoin que de conseils de prévention.

Mais ces tablettes, qui ont plus de deux ou trois ans, proviennent maintenant par milliers, n’étant pas recyclées ; Les algorithmes se complexifient de jour en jour du fait des nouvelles épidémies, les données s’accumulent par millions sur des serveurs locaux souffrant de températures de plus en plus extrêmes, analysées par l’intelligence artificielle, qui génèrent des émissions de CO2 surprenantes…

À Lire  Cancer : ces précieux conseils pour prévenir les récidives