DÉCRYPTAGE – A l’heure où la natalité en France est divisée par deux, les réseaux sociaux diffusent des discours prônant le renoncement à l’accouchement.

L’INSEE vient de révéler que 723 000 bébés naîtront en France en 2022. C’est 19 000 de moins qu’en 2021 (– 2,6 %). Après six années consécutives de baisse, les naissances avaient certes rebondi en 2021, mais ce n’était qu’un rattrapage post-confinement au printemps 2020. Dans ce contexte inédit, le discours féministe et écologiste prônant l’abandon de la parentalité trouve une résonance de plus en plus importante. .

Des justifications diverses

Ils s’appellent eux-mêmes « GINK », ce qui signifie « Green Inclination, No Kids », littéralement « dévotion verte, pas d’enfants » ou « childless » (sans enfants). Alors que les premiers prétendent vouloir « sauver la planète » en stoppant la reproduction, les seconds défendent un mode de vie affranchi des contraintes de la parentalité. Le phénomène se répand de manière explosive sur les réseaux. Alors, lorsqu’on lui a demandé s’il regrettait d’avoir renoncé à avoir des enfants, l’homme de 40 ans basé à Los Angeles, connu sous le nom de « Pirate Pit Bull », a répondu…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Libre de commander. L’annulation d’une commande est gratuite.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit?

connexion

À Lire  Oubliez les sacs, c'est l'heure des sacs meme