La rue Saint-Ferréol, habituellement calme en semaine, a connu hier une effervescence particulière en fin de matinée. Les salariés de l’enseigne Zara se sont mis en grève – 90% des ouvriers selon les syndicats – et ont manifesté bruyamment devant l’entrée de leur magasin, à l’initiative du syndicat Unsa (commerces et services) sous le regard ahuri de passants. « Aujourd’hui, il y a la fatigue des travailleurs due à des pénibilités excessives conduisant à des absentéismes répétés, indique sur place un délégué syndical Unsa. Nous prônons un système de rémunération proportionné aux résultats, des ressources proportionnées à la charge de travail et une répartition des richesses si il y a des bénéfices, il faut savoir partager ». Des salariés en colère menacent de répéter le même genre d’actions devant les autres enseignes marseillaises de la marque dans les prochains jours s’ils ne sont pas entendus.

Le groupe espagnol Inditex (Zara, Zara Home, Pull and Bear, Massimo Dutti, etc.) compte près de 4 000 magasins dans 47 pays. « Des réunions sur les rémunérations étaient programmées avec la direction, qui ont été annulées à la dernière minute, tempête un autre responsable du même mouvement. On ne peut pas se contenter de la prime Macron qui a été attribuée. Si le dialogue social n’est pas ouvert par la direction, alors le mouvement est susceptibles de se propager dans le groupe Inditex et dans toute la France ».

À Lire  Coperni fabrique une robe vivante en moins de 10 min pour Bella Hadid, le résultat est bluffant