Aujourd’hui, histoire de coquillages et de chemises à carreaux mais aussi de jolis chapeaux, de nouvelles questions « coolness » et d’influence… Bonne Fashion Week !

1. « J’ai trop d’influenceurs »

Les mots de l’attaché de presse, et le visage de l’horreur. Tant que ça n’a pas beaucoup d’effet, ça va !

2. Le saxophoniste en live

Dans la salle Rêverie du spectacle Wales Bonner, indifférent au bruit ambiant avant le spectacle, est allé loin dans la grâce de sa musique. Et une personne – hilarante – m’a demandé : « Est-ce qu’il fait semblant de jouer ou est-ce qu’il joue vraiment ? Eh oui, quand on ne voit rien sur TikTok, on ne comprend plus !

La visualisation de ce contenu multimédia entraînera probablement le dépôt de cookies par l’opérateur de la plateforme vers laquelle vous serez dirigé. Compte tenu du refus de dépôt de cookies qui s’est exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de ce contenu. Si vous souhaitez continuer et lire ce contenu, vous devez nous donner votre consentement en cliquant sur le bouton ci-dessous.

3. Les coquillages sur le caban

Caban blanc, toujours chez Wales Bonner. Et sous forme de perles ou de passementerie, les petits coquillages sont bien connus dans les pays chauds. L’idée que le luxe est une question de goût et non d’argent. Ça fait du bien, ça va. Et en plus, en vedette sur la Place Vendôme !

Voir ce contenu mutin

Ce message est réservé aux abonnés. Profitez de nos offres spéciales sans engagement.

Exclusivité Google : 6,99 €/mois 2 € par mois

À Lire  Journal Humain de la mode : Tu es libre, Jacquemus !

En choisissant cette ligne d’abonnement à la promotion, vous bénéficiez du dépôt de cookies d’analyse par Google.