Le géant chinois de la mode ultra-rapide sait faire parler de lui avec son rythme effréné de production de vêtements à bas prix dans des conditions sociales douteuses. C’est ce contexte qui explique pourquoi tant d’internautes ont mal compris leurs étiquettes de soin ou ont voulu surfer sur un buzz garanti.

La marque Shein fait souvent l’actualité. Quand elle s’inspire un peu trop des grands et des petits noms de la mode. Ces promesses ressemblent à du greenwashing. A cause de ces centaines de nouvelles références chaque semaine. Par sa capacité à miser beaucoup sur le marketing d’influence pour toucher un public de plus en plus jeune grâce à des vêtements à des prix si bas qu’ils impliquent nécessairement de mauvaises conditions professionnelles et sociales pour les ouvriers qui les fabriquent. Dans ce contexte, il n’est donc pas surprenant que ces dernières semaines un vent de panique ait pu secouer une partie des réseaux sociaux au vu des étiquettes de vêtements de Shein.

« Need your help » peut-on lire sur l’étiquette d’entretien de vêtements Shein

Depuis au moins mai 2022, plusieurs vidéos circulent sur TikTok regroupant diverses étiquettes attribuées aux vêtements Shein et contenant des messages pouvant ressembler à un appel à l’aide. Sorties de leur contexte, ces images non sourcées et non datées ne semblent probablement pas être des pièces de Shein à chaque fois.

C’est ce que viennent de confirmer deux médias de vérification d’informations : Snopes et Libération face à ce qui ressemblait étroitement au sensationnalisme d’une ivresse au vu de la viralité sur les réseaux sociaux.

Cependant, cette fake news fact-checkée en tant que telle a eu le temps d’amener de nombreux autres internautes à vérifier les étiquettes de vêtements du mastodonte de la mode ultra-rapide, fondé en 2008 et aujourd’hui valorisé à 100 milliards de dollars. Plusieurs personnes ont alors frissonné à la phrase « Avez-vous besoin d’aide », qui est revenue plusieurs fois, cette fois pour de vrai.

Une mauvaise traduction pour appeler à utiliser un détergent doux

Ainsi isolée, la formule a pu susciter des inquiétudes sur les conditions de vie des ouvriers du textile qui fabriquent ces vêtements. Mais si on prend la phrase dans son ensemble, on peut probablement penser que c’est une assez mauvaise traduction :

« Vous avez besoin de votre aide [besoin de votre aide] avec un détergent doux pour laver votre article pour la première fois. »

La marque a finalement dû s’expliquer qu’il s’agissait d’un libellé maladroit dû à une mauvaise traduction, via une vidéo publiée sur TikTok le 1er juin 2022 :

À Lire  Harris Reed : le créateur bien-aimé de la star fait sa propre déclaration de mode

Récemment, plusieurs vidéos ont été publiées sur TikTok qui contiennent des informations trompeuses et fausses sur SHEIN. Nous voulons qu’il soit très clair que nous prenons au sérieux les questions de chaîne d’approvisionnement. Notre code de conduite strict interdit aux fournisseurs de recourir au travail des enfants ou au travail forcé et nous ne tolérons pas le non-respect.

Mais même s’il s’agissait de fausses nouvelles promues par de mauvaises traductions sur les étiquettes de vêtements, cela ne signifie pas que les conditions de travail des personnes qui fabriquent les vêtements Shein sont irréprochables.

Derrière l’intox, un vrai manque de transparence de Shein

Rappelons-nous le rapport instructif de l’ONG suisse Public Eye publié en novembre 2021 à ce sujet. Des chercheurs locaux ont enquêté sur la mégapole chinoise de Guangzhou, où se trouvent le siège social et les principaux fournisseurs de Shein. Ils ont établi 17 des plus de 1 000 usines qui produisent pour Shein :

Ci-dessous : de nombreux lieux de travail informels sans issue de secours et aux fenêtres condamnées, conditions de sécurité aux conséquences fatales en cas d’incendie.Les ouvriers, originaires des provinces les plus pauvres du pays, travaillent 11 à 12 heures par jour, avec un seul jour de repos par mois – plus de 75 heures par semaine. De tels horaires sont non seulement contraires au code de conduite de Shein, mais également à la loi chinoise. En travaillant pour eux de cette manière – sans contrat, sans heures supplémentaires ni travail à la pièce – les employés peuvent économiser jusqu’à 10 000 yuans (1400 francs suisses) [environ 1400 euros, ndlr].

Des conditions similaires ont été rencontrées dans l’immense centre logistique de Shein, à une heure de route de Guangzhou, où travaillent plus de 10 000 personnes. Le site est opérationnel 24h/24 et 7j/7. Pour suivre ce rythme, les salariés doivent généralement travailler 12 heures par jour, 24 à 28 jours par mois. »

Depuis la publication de ce rapport, Shein s’est engagé à œuvrer pour de meilleures conditions de travail. Mais à l’heure actuelle, la chaîne d’approvisionnement (c’est-à-dire le parcours de la production de matières premières à la fabrication, la transformation, la teinture, la logistique que tout cela implique, avant que l’achat ne soit terminé) reste terriblement opaque. Vous n’avez pas besoin d’une mauvaise traduction d’étiquette sur Google Translate pour vous en soucier.

A lire aussi :