Une grande partie du coton chinois est probablement récoltée sous la contrainte, y compris par les Ouïghours. Cependant, de nombreuses entreprises textiles occidentales veulent explicitement renoncer aux textiles issus du travail forcé. Mais les garanties absolues n’existent pas, comme le montre l’exemple de Mammut, l’équipementier sportif suisse.

Ariane Lüthi (texte), Pauline Turuban (graphisme)

La marque se considère comme pionnière en matière de durabilité : « We Care » est la devise de Mammut. Elle n’a aucune production dans la province chinoise du Xinjiang et ne travaille pas le coton de cette région, écrit l’entreprise suisse Lien externe en mai 2022.

Il devient de plus en plus difficile pour les entreprises de fermer les yeux alors que les indices de travail forcé au Xinjiang se multiplient. L’ONU soupçonne Lien externe de crimes contre l’humanité, les États-Unis ont imposé une interdiction d’importation Lien externe , la Commission européenne s’efforce d’obtenir un instrument similaire Lien externe . En Suisse, le parlement envisage d’étendre une loi qui vient d’entrer en vigueur au travail forcé.

Aujourd’hui, les clients s’intéressent davantage aux chaînes d’approvisionnement. Pour les entreprises textiles, le sujet est donc brûlant : la Chine est le plus important pays producteur de coton au monde, et presque tous les domaines Lien externe sont du ressort des fameux camps d’internement Lien externe. Il a été prouvé Lien externe que les membres de la communauté ouïghoure sont obligés de travailler dans l’industrie textile chinoise Lien externe.

Comme le montre l’exemple de Mammut, il est compliqué de ne pas acheter de marchandises à ces entreprises abusives : les routes commerciales sont longues et confuses, l’origine des fibres est opaque. « Trier le coton du Xinjiang est extrêmement difficile », explique Dorothée Baumann-Pauly, directrice du Centre genevois pour les entreprises et les droits de l’homme (GCBHR). « Il est surprenant de voir à quel point la chaîne d’approvisionnement du coton est complexe. Les grands lieux de transformation comme le Bangladesh n’ont pas de production de coton et doivent tout importer. Le coton brut est vendu en balles à Dubaï. Des marchandises d’origines différentes sont mélangées.

Dès 2019, une équipe de recherche de Washington External Link décrivait comment les fibres du Xinjiang pouvaient entrer dans les chaînes d’approvisionnement des entreprises occidentales, bien qu’il n’y ait aucun lien direct avec les usines de la région : elles seraient transformées en fils finis, textiles et vêtements. . , puis expédié depuis d’autres provinces de Chine. En 2020, l’Australian Strategic Policy Institute Lien externe a lié des dizaines d’entreprises étrangères à d’éventuels travaux forcés ouïghours, ce qui a conduit à une plainte Lien externe contre quatre groupes de mode en France. L’année dernière, une étude de l’université britannique Sheffield Hallam a révélé que des usines au Vietnam et dans d’autres pays tiers utilisaient du coton chinois pour fabriquer des produits intermédiaires destinés à fournir plus de 100 marques internationales.

En mai, une équipe de recherche allemande a découvert des traces de coton du Xinjiang dans des vêtements d’Adidas, Puma et Hugo Boss. Cependant, ces entreprises avaient toujours assuré qu’elles n’avaient aucune relation avec la région chinoise problématique.

Comment Mammut peut-il être aussi sûr de la pureté de sa chaîne d’approvisionnement ? Andreas Buchberger, responsable des achats chez Mammut Sports Group, est en voyage d’affaires au Vietnam lorsque l’enquête lui parvient. « L’origine du coton est garantie par des certificats », écrit-il. « Nous pouvons donc exclure que le coton provienne de la région du Xinjiang. »

Certifier le coton

Mammut s’appuie sur le Global Organic Textiles StandardLien externe (GOTS). Ce label assure un lien externe que toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement sont contrôlées de manière indépendante sur place. Une fiche de suivi accompagne le coton depuis la première étape de transformation jusqu’au produit fini.

La société suisse Remei, à qui Mammut achète également des produits en coton, va encore plus loin. Ses textiles peuvent être tracés Lien externe avec code QR jusqu’aux petits producteurs en Inde et en Tanzanie. Les clients finaux sont en contact avec les plantations, livrent les semences et garantissent l’achat de la récolte.

La part de coton certifié est actuellement d’environ 80 %, explique Mammut.

Cependant, les fournisseurs chinois de l’entreprise ne figurent pas sur la liste des usines contrôlées par les équipes d’inspection GOTS. « Si un fabricant n’utilise pas de coton certifié GOTS, nous garantissons l’origine par le biais du certificat d’origine », explique Andreas Buchberger. Il s’agit de déterminer où s’approvisionnent ses propres fournisseurs : « Mammut définit les régions ou les fournisseurs de matières premières auprès desquels il doit s’approvisionner ».

À Lire  Dynastie de la mode : Meghan Markle, Doria Ragland, Archie et Lilibet

En 2020, Mammut a acheté près de 50 tonnes de coton. L’entreprise précise qu’elle ne vient pas de Chine. Même pour les casquettes de baseball, qui sont cousues en Chine, elle s’approvisionne en Australie. Le coton est de toute façon une matière première marginale pour Mammut et ne représente qu’environ 6% de l’ensemble des achats textiles du groupe.

Cependant, la production est concentrée en Asie. Mammut Sports Group publie la liste de ses fournisseurs directs Lien externe sur son site internet. Il y a aussi les noms des partenaires chinois qui fournissent à Mammut la deuxième plus grande quantité de textiles après le Vietnam.

Aucun d’entre eux n’est situé dans la région du Xinjiang. Cependant, c’est là que se pose le défi d’un éventuel travail forcé.

Contrôler les conditions de travail

En août, l’ONU a publié son rapport sur la situation des droits de l’homme au Xinjiang Lien externe malgré l’opposition massive de la Chine. Dans le chapitre sur les questions de travail, deux risques sont évoqués : être envoyé dans des « centres de formation » – les fameux camps – et travailler dans d’autres régions de Chine à l’issue de la « formation ». Il s’agit de programmes visant à transférer les « travailleurs excédentaires » des zones rurales pauvres vers les endroits où ils sont nécessaires. L’ONU écrit qu’il y a des indications que diverses méthodes coercitives sont utilisées à cette fin.

Dorothee Baumann-Pauly du Centre Genève pour l’entreprise et les droits de l’homme soulève un problème majeur : « Même si une entreprise peut exclure que le coton ou un vêtement provienne du Xinjiang, il est toujours possible que des travailleurs forcés ouïghours aient participé à la production . ». L’ONU recommande aux entreprises d’examiner les risques avec encore plus d’attention.

Pour cette diligence raisonnable, Mammut s’appuie sur la Fair Wear Foundation – une association d’entreprises, d’associations textiles, de syndicats et d’ONG, qui obtient même de bonnes notes Lien externe des critiques de la mondialisation comme Public Eye. Les conditions de travail dans les usines sont contrôlées, les ouvriers peuvent se plaindre, il est possible d’avoir accès aux critiques et aux réactions de la direction.

Plus de la moitié des plaintes adressées à Mammut proviennent de Chine. La plupart concernent les heures supplémentaires. Bien que Mammut ait déjà considérablement allongé les délais de commande et impliqué les usines dès le début de la planification, le problème persiste. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’entreprise a décidé de délocaliser de plus en plus sa production au Vietnam, comme l’indique un rapport de la Fair Wear Foundation publié en septembre.

Quant au travail forcé, Mammut n’a pas trouvé de traces en Chine, mais en Lituanie et à Taïwan. Les travailleurs immigrés paient des honoraires élevés aux agences d’intérim, ce qui est contraire aux réglementations internationales, mais « malheureusement légal dans de nombreux pays », écrit l’entreprise Lien externe.

Face à ses propres chaînes d’approvisionnement mondiales, l’entreprise fait preuve d’une certaine impuissance. « Dans de nombreux cas, le chemin des fibres brutes aux vêtements finis passe désormais par d’innombrables sites de production et plusieurs continents », explique MammutLien externe. « Résultat : il faut beaucoup de travail pour contrôler les conditions de production d’un produit ». Une partie des coûts est supportée par le client, qui peut acquérir la promesse d’un produit durable grâce à un étiquetage spécial.

Comparé à d’autres entreprises d’équipements de sport et de plein air auditées par la Fair Wear Foundation, Mammut ne brille pas – le groupe est noté « bon » mais n’atteint pas le statut de « leader ». Les collaborateurs ouvrent les yeux et les oreilles dans les usines Lien externe et suivent les sites de production. Néanmoins, un contrôle des exportations effectué en 2021 a révélé qu’une société inconnue de Mammut avait coopéré.

L’étude a été soutenue par une bourse du Forum suisse des journalistes Lien externe.

Relu et vérifié par Mark Livingston, traduit de l’allemand par Lucie Donzé.

Conforme aux normes JTI

En savoir plus: SWI swissinfo.ch certifié par la Journalism Trust Initiative