Alors que 33% des étudiants abandonnent leurs soins pour des raisons financières, le gouvernement vient d’annoncer une enveloppe de 8,2 millions d’euros pour améliorer l’accès aux soins et aux services universitaires de santé qui deviennent étudiants en santé (SES). Pas de médecin à proximité lorsque vous arrivez dans une grande ville à la rentrée, besoin d’une ordonnance pour un contraceptif ou même d’un bilan dentaire, s’ils ne sont pas bien connus, ces services peuvent être une ressource médicale lorsque vous en avez besoin.

Le service de santé étudiant, c’est quoi ?

Un service de santé qui assure la « protection de la santé des étudiants » et mène des « actions de prévention » autour de la santé sexuelle, de la lutte contre les addictions, de la prévention de l’alcoolisme massif et des risques festifs et de la santé mentale. Plus de la moitié de ces services sont également des centres médicaux, dentaires et infirmiers.

Grande nouveauté de janvier 2023, la nutrition est inscrite dans la liste des mesures préventives : cuisiner quand on est étudiant peut être contraignant, tant au niveau « du budget, de la nécessité de préparer les repas dans un espace parfois restreint que de l’impératif écologique », nous a dit le ministère.

À quoi il sert concrètement ?

Le médecin du service peut être votre médecin traitant si vous n’en avez pas, et le décompte vous donnera un remboursement correct. Au sein du service, vous aurez accès à des visites médicales préventives, consultations gynécologiques et prescription de contraceptifs, dépistage oral, aide psychologique, aide à l’arrêt du tabac et aux substituts nicotiniques, vaccination, conseils nutritionnels, délivrance d’attestations d’aptitude au sport ou de bonne santé, dépistage pour les maladies vénériennes, etc.

À Lire  Trois conseils santé pour la rentrée littéraire : bien vieillir, mieux manger et être moins déprimé

Au SSE de l’Université de Paris, par exemple, on trouve aussi des conseils « sur la sexualité et la prévention des grossesses non désirées, un accompagnement pour l’accès à l’IVG et la réalisation d’avortements médicamenteux ».

A Paris Est Créteil, le service dispose également d’un orthophoniste et d’un dentiste, ainsi que d’une infirmière et d’un psy. N’hésitez pas à vous rapprocher de celui de votre université pour voir ce qui peut vous être proposé !

À qui il s’adresse ?

C’est destiné aux étudiants, et c’est nouveau, même si vous n’êtes pas à l’université.

Combien ça coûte ?

Certaines consultations sont gratuites ou ne nécessitent pas de frais initiaux, comme une consultation avec un psychologue à l’Université de Paris, qui propose également des groupes de soutien. Le tarif classique d’une consultation médicale chez un médecin généraliste : 25 euros – il suffit de présenter une carte d’étudiant, carte ou attestation vitale à jour et attestation de mutuelle si vous avez une mutuelle.