Posté

le 23/09/2022 à 19:35, mis à jour le 30/09/2022 à 15:32

La collection printemps-été 2023 d’Alessandro Michele pour Gucci a défilé à Milan ce vendredi. Un spectacle grandiose où les jumelles étaient à l’honneur.

Vendredi, Alessandro Michele n’a pas caché sa joie de jouer avec l’effet de surprise qu’il est capable de produire sur son public. Alimentée par des références philosophiques et familiales (sa mère et sa tante, jumelles, sont mentionnées dans la note d’intention), sa collection printemps-été qui défilait dans les grands hangars du siège de Gucci à Milan, s’est montrée comme d’habitude généreuse sur les podiums. (plus d’une soixantaine de vues). Et enclin à développer la réflexion sur la notion d’identité à travers un final composé de 68 passages de jumelles et jumelles.

Défilé – Gucci – Prêt-à-porter Printemps-Été 2023

Lorsque le défilé a commencé, les invités n’ont pas remarqué les mannequins jumeaux sur le podium car un mur les séparait alors qu’ils défilaient en même temps sur le podium. Ce n’est qu’à la fin du spectacle qu’ils se sont retrouvés devant un public médusé. Outre l’effet spectaculaire attendu (et calibré pour les réseaux sociaux) – le designer italien explique comment il concentre sa réflexion sur la question de l’individualisation, surtout quand tout se ressemble. Dans sa note d’intention, il s’interroge « sur le rapport entre l’original et la copie » pour conclure que « les mêmes vêtements émanent des qualités différentes sur des corps apparemment identiques ». Et de poursuivre : « La mode, après tout, repose sur des multiplications en série qui n’empêchent pas l’expression authentique de toutes les individualités possibles. »

À Lire  Olivier Rousteing dévoile une robe couture Balmain en plastique recyclé

En vidéo, défilé Gucci Croisière 2023

Depuis son arrivée chez Gucci en 2015, le créateur roumain aime appeler à une profonde réflexion autour du vêtement. Et s’efforce, dans la continuité, d’ignorer le genre, ainsi que de briser les vieilles idées sur les vêtements de jour et de nuit. Un exercice où il incarne toujours une esthétique « imparfaite » qui joue avec l’atypique, l’esprit visionnaire, avec, au fond, un propos féministe.