Cosmic Dealer, Cosmic Goddess : Une activité lucrative de bien-être et de spiritualité

De Los Angeles à Paris en passant par Dubaï, les marques commencent à s’annoncer « cosmiques ». Recherchez un marché qui prospère malgré l’ambiguïté scientifique entourant leurs produits.

Ouvrez vos chakras (et attrapez votre portefeuille), une nouvelle génération de marques émerge sur Instagram, TikTok et dans les pages tendances des magazines. Leur point commun ? Un discours marketing qui s’appuie sur la spiritualité et la sagesse non occidentales pour promouvoir le bien-être physique et mental. Tous appartiennent à un secteur émergent, le « bien-être », un segment de marché aux contours flous qui regroupe des marques qui déterrent les propriétés « sacrées » de certains aliments, comme le café et le cacao, d’autres qui vendent des compléments nutritionnels aux propriétés exotiques ou encore des accessoires. avec des propriétés différentes promesses de bien-être. Chaque marque traduit son positionnement dans un univers hautement instagrammable mêlant références à la sorcellerie et vocabulaire tout droit sorti d’un ashram. Le marché se nourrit d’une cible « premium », souvent citadine, et majoritairement composée de femmes. Ses produits surfent sur la peur latente, la « quête de sens » et la transcendance d’une génération de plus en plus désorientée.

Du chocolat au café, le business des marques « cosmiques »

Du chocolat au café, le business des marques « cosmiques »

Basée à Paris et vendue en ligne, la marque digitale Cosmic Dealer revendique s’être inspirée de l’Ayurveda, la médecine traditionnelle d’origine indienne qui cherche à équilibrer le corps et l’esprit. Cosmic Dealer s’adresse à une cible urbaine, branchée et à fort pouvoir d’achat. Pour goûter aux saveurs cosmiques des fèves de cacao de la marque, il faudra débourser 29 euros le coffret de sept « chocolats chakra », conditionnés dans des sachets individuels aux couleurs pastel ornés d’illustrations évoquant la spiritualité, et 11 euros la tablette. chocolat % cacao. Ces chocolats présentés comme des « snacks sains » sont censés favoriser la « détox du sucre ». L’engouement pour ces produits premium semble réel : le coffret de 7 « chocolats chakras » est en rupture de stock. Les prix affichés pour les autres produits de la marque sont également très élevés. Comptez 74 euros pour un t-shirt imbibé d’huile de chanvre, 21 euros pour un gratte-langue et 18,50 euros pour un spray buccal. Depuis son lancement en 2020, la marque affiche une croissance à trois chiffres.

Le business cosmique passe aussi par le café, une boisson devenue virale sur les réseaux sociaux. Cette tendance n’est pas passée inaperçue auprès de l’influenceuse et femme d’affaires Caroline Receveur, qui vient de lancer une marque baptisée Cosmic Goddess – cosmic again. Elle juxtapose des références à la fantaisie, au rétro-futurisme et à la spiritualité dans un patchwork baroque. La marque est incarnée par « une super-héroïne fantastique, la Déesse Cosmique, qui fait référence au prénom du café, le fruit de Dieu (fruit de Dieu, ndlr) », précise Manon Peyroth Dantan, qui dirige le développement du projet. Pour réveiller la déesse qui sommeille en vous, vous devez aussi ouvrir grand votre portefeuille. Comptez 16,50 euros pour un lot de trois boîtes de dix capsules de café, 19,50 euros pour le verre à café glacé qui fait briller vos Instagram Reels et 24,50 euros pour le thermos à emporter à la plage. L’entrepreneur influenceur a flairé le bon filon. Avec ses 4,9 millions de followers sur Instagram, Caroline Receveur pourrait faire de sa marque de café un juteux levier commercial. L’Américaine Emma Chamberlain, autre star d’Instagram, a déjà généré près de 15 millions de dollars de bénéfices avec sa marque Chamberlain Coffee, selon les estimations d’un spécialiste du e-commerce. Il faut dire qu’en matière de bien-être, les femmes américaines ont une longueur d’avance. C’est aux Etats-Unis que sont apparues les marques cultes du bien-être, comme l’incontournable Goop et l’outsider Moonjuice.

Conseils sexo et produits insolites : la recette de l’empire Goop

Prenez les initiales de la star hollywoodienne oscarisée Gwyneth Paltrow (GP), ajoutez le double « o » qui marque les marques à succès (Google, Yahoo!, Wanadoo) et vous obtenez Goop, la marque lifestyle pionnière qui promeut le bien-être qu’est devenue l’empire. Le succès de Goop a débuté en 2008 avec une newsletter rassemblant les conseils shopping et beauté des jeunes quadragénaires. Aujourd’hui, Goop est l’incarnation d’une « marque lifestyle » qui vend tout pour vous promettre la meilleure version de vous-même : des compléments alimentaires et produits de beauté aux vêtements en chanvre et même aux accessoires de cuisine. Plus important encore, Goop vend le style de vie de l’actrice, son régime végétarien ou cru, ses programmes de fitness et ses conseils de beauté, qui sont fournis à ses 150 000 abonnés à la newsletter chaque semaine. Goop s’est d’abord fait connaître pour sa gamme de suppléments nutritionnels, un marché florissant évalué à plus de 151 milliards de dollars dans le monde. Ainsi la marque propose des poudres destinées à booster le métabolisme ou le microbiote (vendues 58$ chacune), d’autres censées améliorer la vie sexuelle (50$) ou encore une routine détox à 195$… Mais le catalogue Goop propose aussi des accessoires extraordinaires, comme comme un sextoy en or massif qui se vend 1 300 dollars ou encore une bougie au parfum proche de celui d’un vagin et aux vertus a priori aphrodisiaques.

&A l’instar de Gwyneth Paltrow, qui exprime son vif intérêt pour les médecines non conventionnelles dans la série Netflix The Goop Lab, la marque capitalise sur la méfiance envers l’arsenal dit « allopathique » et son fort attrait pour les produits censés améliorer le bien-être. être. . Malgré les railleries et les scandales qui ont entaché son ascension dans le monde des affaires, la marque de Gwyneth Paltrow est en effet en mauvaise santé : en 2018, Goop était valorisé à 250 millions de dollars. Et surtout, ce marketing du bien-être intégral a fait des émules.

Moonjuice, un succès qui se décline en « poussières » (mais repose sur du vent ? )

La marque Moonjuice est née à Los Angeles, capitale mondiale du bien-être. Elle possède dans ses produits phares une collection de poudres à diluer dans son café ou dans son smoothie, dont les propriétés sont présentées comme étonnantes. Sex Dust se vante d’une « stimulation de la production d’endorphine » et d’un « meilleur équilibre hormonal ». Spirit Dust vise à améliorer le bien-être émotionnel : diluez une cuillère à café de cette poudre dans un verre d’eau et vous vous débarrasserez de votre irritabilité. Brain Dust promet des capacités cognitives améliorées et un soulagement émotionnel général. Chacune de ces poudres est vendue au prix unitaire de 38 $.

Du nom de la marque (dust signifie dust en anglais) aux couleurs terreuses du packaging, tout vise à faire référence à la nature et à la sagesse ancestrale. Les poudres s’inscrivent dans les rituels quotidiens et la liste des ingrédients respire l’ésotérisme : Shatavari, Shilajit, Epimedium, Schisandra, Cordyceps, Eleuthero, Astragalus, Ashwagandha, Rhodiola… Ces extraits de plantes et de racines appartiennent à la catégorie des adaptogènes, des plantes censées ils rendent le corps résistant au stress et à l’oxydation. D’autres, comme le cacao et le café, sont parfois appelés nootropiques, on dit que leurs propriétés médicinales améliorent les capacités du corps. Le succès de la collection a conduit Moonjuice à développer de nouveaux produits, comme des poudres vendues comme « eau cellulaire ». Lorsqu’elles sont mélangées à de l’eau, ces boissons composées principalement de vitamines B et d’acide folique – des ingrédients courants – aideraient le métabolisme à « transformer les graisses, les glucides et les protéines en « valeurs » pour les cellules ».

Si la marque Moonjuice cartonne, ce n’est pas seulement parce que la fondatrice a su capter l’air du temps et insuffler ses produits. Moonjuice prospère sur un marché très dynamique, à la croisée du bien-être et des médecines alternatives. Le marché des adaptogènes à lui seul devrait valoir 14 milliards de dollars aux États-Unis d’ici 2027, le marché test pour toutes les nouvelles tendances du bien-être. Femme d’affaires avisée, la fondatrice Amanda Rogrove a réussi à traduire les attentes d’une société de plus en plus soucieuse de sa santé en produits aux étiquettes sophistiquées qui offrent des avantages immédiats pour l’amélioration de soi. Et ce, même si la scientificité des recettes et des ingrédients ne semble pas scientifiquement prouvée.

Des produits à la scientificité douteuse

Le succès évident de Goop, Moonjuice ou Cosmic Dealer ne doit pas cacher le fait que les recettes proposées reposent rarement sur des bases scientifiques solides. Et ce malgré l’utilisation d’un vocabulaire qui flirte avec le médical (le mot « guérir » est courant). Aux États-Unis, Goop a été accusé de profiter de la confusion et de l’ignorance des gens à propos de la science. Ainsi, la marque s’est moquée lorsqu’elle a promu des techniques de bien-être douteuses comme le vapotage vaginal (vapeur de votre vagin, ndlr) ou lorsque son fondateur a vanté les mérites des œufs de jade, censés améliorer la tonicité du périnée mais aussi réguler les hormones ( un produit vendu sur son site à 66$ pièce), sans preuve de la réalité scientifique de ce type de pratique. L’affaire s’est terminée au tribunal et Goop a été condamné à une amende de 125 000 $ pour marketing trompeur.

Mais pourquoi accepteriez-vous d’acheter des produits aussi chers, imprégnés d’une aura de spiritualité néo-païenne ? « Dans nos sociétés occidentales caractérisées par le rejet de la religion, le désir de croire n’a pas disparu », a déclaré Marion Mons Catoni, planneur stratégique senior à l’agence de publicité DDB Paris. Adhérer au discours de la cosmicité, du bien-être, c’est la promesse de s’ancrer dans quelque chose de plus grand que soi. Un besoin presque irrationnel, car le succès de ces produits « ne repose que sur le fait que les consommateurs veulent y croire », note l’expert. Parfois, le besoin de foi nous aveugle sur l’épaisseur du discours marketing qui entoure ces produits.

Quand le féminin sacré sert de relais à un marketing ultra-genré

La plupart de ces marques ciblent les femmes, un groupe démographique façonné par des décennies de marketing ultra-genre. Chez Cosmic Dealer, nous revendiquons une approche axée sur le soin, qui vise à libérer les femmes du fardeau que la société leur impose. « Être une bonne mère, une bonne employée, une bonne épouse : la société attend beaucoup des femmes », a déclaré Monique Foy, la fondatrice. « Dans le même temps, la qualité nutritionnelle des produits s’épuise et le stress de la vie moderne nous prive de notre santé. Les produits de Cosmic Dealer sont autant de réponses, par la consommation, à ce besoin de réconfort et de soin.

Les nouvelles marques « cosmiques » surfent sur une autre tendance du moment, la glorification du féminin sacré, ou le pouvoir spirituel et énergétique propre aux femmes, qui marquerait l’union sacrée entre le corps et l’esprit. Consommer ces signes serait l’un des moyens de trouver le chemin spirituel qui mène à ce degré de connexion avec soi-même. Pour de vrai ? Le féminin sacré est un concept controversé, critiqué par les féministes pour essentialiser les femmes en les référant à leurs capacités reproductives et à une féminité liée à la nature et aux cycles de la lune. Les plus critiques voient dans ce retour de la spiritualité néo-païenne une manière de naturaliser beaucoup plus de rapports politiques de domination. D’autres, comme l’auteure Mona Chollet, souhaitent désespérément que le « complexe mode-beauté » renouvelle sans cesse son discours de telle sorte que les femmes soient de plus en plus piégées dans des industries qui contribuent à les aliéner.

À Lire  5 conseils pratiques pour faire du fitness toujours un plaisir !

Les marchandises émotionnelles comme remède au spleen et à l’individualisme

Les caractéristiques cosmiques et les empires du bien-être sont les symptômes d’une époque en quête de mythologie et de transcendance. Ils incarnent une culture de consommation postmoderne, où la consommation est vécue comme une forme d’engagement, voire comme une réaction à la morosité ambiante. Les matières premières remplissent des fonctions émotionnelles décrites par la sociologue Eva Illouz dans l’ouvrage collectif Marchandise émotionnelle (Premier Parallèle, 2019). Pour elle, les produits tels que les jus détox, les cosmétiques ou les compléments nutritionnels sont le vecteur d’un discours sur la transformation et la valorisation de Soi qui fait directement appel à nos émotions. En fait, nos émotions elles-mêmes, surtout celles marquées par le spleen et la désillusion, sont aussi des marchandises. Le bien-être physique et mental tel que vendu par les marques cosmiques devient alors une réponse appropriée et lucrative à une demande latente. Ces marques objectivent les émotions et les convertissent en marchés.

Le marché de l’aide sociale dont il est question ici reflète également une époque fortement individualiste. Dans un article au vitriol publié dans le New York Times, la journaliste Molly Young note que « Goop (et ses acolytes comme Moonjuice) vendent l’idée qu’il est normal et légitime qu’une personne passe plusieurs heures par jour à s’enquérir de ses moindres sautes d’humeur, de ses choix alimentaires, sa routine d’exercice et sa relation avec le sommeil.Ces marques promeuvent l’égocentrisme comme la meilleure forme de luxe.Une hypertrophie de l’ego qu’une autre journaliste, Esther Zuckerman, appelle la névrose hollywoodienne est la tendance à accorder une attention constante à son profonde confusion politique et idéologique, cette recette risque de rester couronnée de succès.

Comment faire pour avoir un sponsor ?

Comment faire pour avoir un sponsor ?

Pour atteindre un sponsor, il est important de partager quelque chose avec lui. Cela peut être la passion commune autour de votre projet, mais cela peut aussi être sa cohérence avec la politique ou l’image de l’entreprise, ou encore ses implications financières et médiatiques.

Quelle entreprise parraine ? TROUVER UN SPONSOR / PARTENARIAT / LISTE DES ENTREPRISES

  • boréal. Activités extérieures.
  • nid. La nutrition.
  • Bontaz. Fournisseur de voitures.
  • HOMME. Automobile.
  • Créativité solide. Conseil et formation.
  • Timac Agri. Agriculture.
  • le temps du corps. Textile.
  • Un morceau. Textile.

Qui contacter pour un sponsor ?

Il n’y a rien de pire que d’envoyer une demande de parrainage à une adresse du type « info@entreprise.com ». Appelez votre réseau et demandez à vos contacts s’ils connaissent quelqu’un dans une entreprise en particulier afin qu’ils puissent vous présenter.

Comment parler avec un sponsor ?

Pour cela, développez des arguments autour de la visibilité et de l’image de marque. Aussi, n’oubliez pas de parler de vos valeurs et de souligner votre originalité. Demandez-vous toujours pourquoi vous parrainez votre projet et pas quelqu’un d’autre.

Quels sont les avantages de la publicité ?

Quels sont les avantages de la publicité ?

Il facilite la vente de produits et services ou défend un dossier, restaure une image, etc. Pour ces raisons, il est plus qu’important de bien préparer votre campagne. Le but d’une publicité est de pousser votre public cible à agir dans la direction souhaitée, au profit de votre entreprise.

Quels sont les inconvénients de la publicité ? En fonction des produits proposés et des prix, les publicités ciblent un groupe cible spécifique. Cela peut conduire à un complexe d’infériorité chez certains. À long terme, cela peut affecter le niveau d’insécurité. Pour profiter de telle ou telle offre, certains seront prêts à tout, que diriez-vous de commettre des délits.

Quels sont les différents avantages et inconvénients liés à la publicité comparative ?

La publicité comparative est plus facile à retenir, attire davantage l’attention et a l’avantage de renforcer la notoriété de la marque qui l’utilise. En revanche, la publicité comparative est considérée par les professionnels comme la technique publicitaire la plus risquée.

Quelles sont les limites de la publicité comparative ?

On dit souvent que la publicité comparative est l’une des techniques publicitaires les plus risquées d’un point de vue juridique, car elle consiste généralement à irriter intentionnellement un concurrent ou parfois à enfreindre ses droits de propriété intellectuelle (PI).

Quel est le principe de la publicité comparative ?

Qu’est-ce que la publicité comparative ? La définition de la publicité comparative est assez simple : c’est la comparaison de biens ou services de différentes marques en identifiant, implicitement ou explicitement, un concurrent ou des biens ou services proposés par un concurrent.

Quels sont le avantages de la publicité pour les entreprises ?

Il offre à votre entreprise une visibilité durable auprès de vos clients et la fait connaître auprès de clients potentiels. En voyant la marque régulièrement, les consommateurs et clients potentiels se souviendront du nom de votre entreprise sans même s’en rendre compte.

Quelle est l’importance de la publicité pour une entreprise ?

La publicité au sein d’une entreprise aide à atteindre les objectifs commerciaux. Il a le pouvoir d’influencer les consommateurs, il peut et doit générer un nouveau besoin chez le destinataire. De nos jours, la publicité est omniprésente dans notre société.

Quelle sont les avantages de la publicité ?

En visionnant des publicités, les consommateurs peuvent découvrir de nouvelles entreprises, produits ou services. Plus l’offre qu’ils connaissent est grande, mieux ils peuvent rivaliser. Plus ils y jouent, plus les marges baissent et donc les revenus financiers.

Quelle est l’objectif de la publicité ?

Objectifs publicitaires Le but de toute campagne ou campagne publicitaire est d’attirer l’attention du client sur le produit ou la marque et de le familiariser avec celui-ci afin d’optimiser et de faciliter le processus d’achat.

Quelle est l’importance de publicité ?

Les publicités de marque aident les entreprises à générer de l’exposition, à accroître leur portée et à rendre leur marque plus reconnaissable pour les clients. Il met notamment en lumière l’histoire de leur marque.

Comment Peut-on définir la publicité ?

Activité visant à promouvoir une marque, inciter le public à acheter un produit, à utiliser un service particulier, etc. ; tous les moyens et techniques utilisés à cet effet (abréviation informelle pub) : Agence de publicité.

Quel budget pour créer sa marque de cosmétique ?

Quel budget pour créer sa marque de cosmétique ?

Mais on peut vous dire qu’il faut au moins 5 000 à 10 000 euros pour lancer une marque de cosmétique. Ce budget n’inclut pas l’argent que vous devez constituer pour couvrir les différentes dépenses quotidiennes de votre entreprise.

.

Comment la publicité influence les gens ?

Des objectifs publicitaires spécifiques L’un des rôles de la publicité est de générer du désir. Les personnes qui au départ n’auraient pas l’utilité d’un produit ou d’un service ont alors l’impression qu’il serait dans leur intérêt de le posséder. La publicité crée ce sentiment par envie.

Comment la publicité affecte-t-elle les jeunes ? Pour Gattolin « Beaucoup de publicités parlent d’aliments trop sucrés et trop salés. Cela peut affecter les choix alimentaires des jeunes, les mettant à risque de développer un goût prononcé pour la malbouffe.

Comment la publicité influence le comportement du consommateur ?

La publicité suscite l’acte d’achat La publicité est un outil marketing dont le but principal est de susciter l’acte d’achat par le désir, pas nécessairement par le besoin. Il devrait créer un sentiment de satisfaction chez le consommateur qui l’incite à acquérir le produit faisant l’objet de la promotion.

Comment la publicité nous manipule ?

Conditionnement, perception subliminale, influences inconscientes… La publicité a mobilisé des techniques de manipulation mentale issues des sciences humaines pour inciter les consommateurs à acheter.

Comment le marketing nous manipule ?

L’utilisation de techniques de manipulation par le marketing. Les spécialistes du marketing utilisent des biais cognitifs dans la construction de l’image de marque, dans la façon dont ils interagissent avec leur public cible, dans l’emballage, dans la publicité et dans les campagnes d’influenceâ

Quels sont les effets négatifs de la publicité ?

Selon une étude en France, près de 80% des publicités télévisées sont liées à des aliments trop riches en sucres ou en matières grasses, notamment dans les films pour enfants (Gully, piou, Tfou…). Cependant, l’obésité n’est pas le seul effet négatif de la publicité.

Quels sont les impacts de la publicité ?

L’impact publicitaire est l’un des éléments permettant d’évaluer l’efficacité d’un média, d’un média ou d’une campagne publicitaire. L’impact publicitaire est matérialisé par la mémoire laissée à l’individu exposé à un message publicitaire et par ses éventuels changements d’attitudes ou d’opinions vécus par rapport à l’annonceur.

Quels sont les effets négatifs de la publicité ?

Selon une étude en France, près de 80% des publicités télévisées sont liées à des aliments trop riches en sucres ou en matières grasses, notamment dans les films pour enfants (Gully, piou, Tfou…). Cependant, l’obésité n’est pas le seul effet négatif de la publicité.

Quel est l’impact de la publicité sur la société ?

La publicité affecte la société de deux manières : par le soutien à la consommation mais aussi par la manière dont elle présente (images et discours) les arguments produits, cherchant un équilibre incertain entre valeurs traditionnelles et soutien à l’innovation.

C’est quoi un texte publicitaire ?

Partie d’une offre publicitaire qui décrit les caractéristiques d’un article par le biais de supports de marketing direct.

Qu’est-ce qu’un texte publicitaire ? Le corps du texte ou texte publicitaire correspond à la partie du texte décrivant les caractéristiques d’une offre ou d’un produit sur une annonce presse ou un support papier de marketing direct.

Comment Appelle-t-on un texte publicitaire ?

âLe message publicitaire est une forme de communication qui vise à attirer l’attention d’un groupe cible (consommateurs, usagers, internautes, électeurs, etc.)

Comment Appelle-t-on la communication d’un message publicitaire s’adressant à un public cible ?

La publicité est une forme de communication de masse qui vise à capter l’attention d’un public cible (consommateur, internaute, internaute, électeur, etc.)

Comment décrire une affiche publicitaire ?

Analyser une publicité nécessite de déconstruire à la fois sa composition et sa réception. ou implicitement. • Gardez également à l’esprit que la composition d’une annonce est principalement déterminée par le groupe cible (le type d’audience) auquel elle s’adresse.