Un nouvel opticien s’est installé rue Proudhon. Voyons ce nouvel arrivant dans cet épisode de Clapas.

Un nouvel opticien est placé aux Beaux-Arts. Voyons ce nouvel arrivant dans la communauté. La première chose qui frappe, c’est sa précocité et sa petitesse. Clémence Chalnot est vraiment précoce dans tous les domaines. Chef d’entreprise à 27 ans, bac+1 à 17 ans, titulaire du BTS opticien lunetterie, réputé le plus difficile de France à 19 ans, coupe le nombril à 20 ans avec une première expérience en Martinique. Loin de ses parents qui habitent la Haute-Marne, la région dont il est issu. C’est le premier événement de la « grande chaîne, que vous vendiez à tous prix », dit-il, il lui précise dans la manière dont il souhaite faire son travail : « Nous sommes des agents de santé avant tout, même si mon travail est aussi. technique et commercial ». Par exemple, dans le cas du développement des lunettes, il dispose d’appareils ad hoc qui lui permettent « d’après les prescriptions de l’opticien, de regarder quand la vision du patient a bougé », explique-t-il. « S’il n’y a pas de correction, je peux fournir une nouvelle paire de lunettes », moyennant paiement. Cela évite de prendre rendez-vous avec un spécialiste souvent fastidieux.

Clémence a pris un emploi d’opticienne indépendante à Montpellier chez Optique d’Ô, où elle a travaillé pendant trois ans. « Camille et Adrien m’ont soutenue, sans eux je n’aurais pas arrêté toute seule (moins de 15% des femmes sont chefs, ndlr). Désormais, ce sont mes amies ».

A l’écoute, il propose « un cadeau adapté au budget, aux besoins et aux envies » du client qui trouvera des montures à tous les prix, anciennes ou plus originales, chez les fabricants. Mais il explique : « Il n’y a pas de marques de luxe, car je veux rester dans des prix accessibles à tous ».

À Lire  Tataouine : Consultations gratuites et distribution de lunettes pour les étudiants (Photos)

Ces trois premiers mois inspirent Clémence : « Je suis très heureuse ici, dans cette commune car c’est proche de celle-ci qui me rappelle ma maison dans le Nord. Alors que j’étais sur un petit nuage, mi-octobre j’ai monté une boutique avec environ 50 personnes de la communauté. C’était bien, nous avons célébré cet événement avec les produits des voisins qui sont commerçants ». Il est installé dans les anciens murs de la banque CIC, aujourd’hui repris et magnifiquement rénovés et décorés, par Clémence.