Le 1er novembre 2022, le Mois sans tabac revient pour sa septième édition. Cette opération, mise en place depuis 2016 par Santé Publique France et le Ministère de la Santé et de la Prévention, en partenariat avec l’Assurance Maladie, a généré un fort soutien avec plus d’1 million d’inscriptions enregistrées depuis son lancement.

Chaque année, cet événement est l’occasion pour les fumeurs de rejoindre un mouvement collectif qui les invite à s’engager ensemble dans une démarche d’arrêt d’un mois. C’est une première étape essentielle, car réussir à arrêter de fumer pendant 30 jours multiplie par 5 les chances d’arrêter définitivement de fumer. Parce que stimuler la motivation des fumeurs est essentiel, ce rendez-vous entre désormais dans sa phase préparatoire : tout au long du mois d’octobre, les fumeurs sont invités à se préparer à arrêter de fumer et à participer au challenge en s’inscrivant sur le site dédié et au service Info Tabac . demande. Un important dispositif de communication se déploie progressivement dans la télévision, la radio, l’écran et le numérique.

Tu n’étais pas seul quand tu as commencé, tu ne seras pas seul pour arrêter

Après deux années marquées par la pandémie de COVID-19, cette nouvelle édition du Mois Sans Tabac remet une nouvelle fois le collectif au centre de l’opération grâce à un dispositif qui met en avant le moteur motivationnel de l’arrêt collectif et l’importance de l’accompagnement dans le sevrage . En parallèle, l’appareil propose toujours des informations et des conseils pour que chacun puisse choisir sa stratégie et commencer à arrêter.

Le mois sans tabac est un défi qui s’assume collectivement, grâce au soutien des différents acteurs (professionnels de santé, partenaires, entreprises locales, membres de la famille, etc.) qui accompagnent et soutiennent la motivation des participants à maintenir leur détermination à arrêter de fumer. Les actions de terrain sont ainsi à nouveau déployées pour être au plus près des fumeurs. Dans chaque région[1], deux stands du Mois sans tabac animés par des ambassadeurs régionaux et soutenus par des partenaires locaux, seront présents lors de journées dédiées dans les galeries marchandes pour donner des informations utiles pour arrêter de fumer.

Cette année, le design de Mois sans tabac est également renouvelé avec une nouvelle lettre graphique et un nouveau slogan :

[1] A l’exception de la Guyane et de la Normandie

Chacun est différent dans sa lutte contre le tabac. C’est pourquoi de nombreux outils et contenus très variés et complémentaires sont proposés pour un accompagnement personnalisé adapté au profil de chacun.

Parmi l’ensemble d’outils disponibles pour soutenir les participants figurent :

Dès le 9 octobre, 3 spots télévisés de 30 secondes seront diffusés sur les chaînes nationales, avec pour devise de campagne « Tu n’étais pas seul quand tu as commencé, tu ne seras pas seul à partir ». Ils mettront en scène différentes époques de la vie des fumeurs et différents styles de fumeurs, toujours dans le cadre d’un groupe : le moment où ils commencent à fumer et le moment où ils arrêtent. Ces espaces seront également disponibles en format radio et vidéo en ligne pour augmenter leur visibilité.

À Lire  Adolescence et confiance en soi : un pédiatre donne aux parents 5 conseils pour aider leur enfant à s'accepter

Depuis le début du mois, une campagne d’affichage à grande échelle pour le nouveau Mois sans colorants a été déployée dans 18 000 pharmacies, ainsi que dans les centres commerciaux, les commerces de proximité et les gares. Côté numérique, les posts et bannières des réseaux sociaux sont visibles sur de nombreux sites.

Les secteurs d’activité de l’hôtellerie, de la construction et des activités immobilières sont ceux dans lesquels on observe une plus forte prévalence du tabagisme. Afin d’accompagner les employeurs de ces secteurs, des affiches spécifiques sont disponibles dans l’espace partenaire du site Mois sans tabac pour inviter les travailleurs à s’interroger sur leur consommation de tabac et à s’inscrire au challenge Mois sans tabac.

Lors de la dernière édition de Mois sans tabac, en 2021, près de 5 000 structures se sont inscrites sur le site qui leur est dédié et ont commandé les outils (affiches, brochures vidéo, campagne 39 89) disponibles.

Par ailleurs, Santé Publique France a lancé le 31 mai 2022 la plateforme « Employeurs pour la Santé », un dispositif inédit d’accompagnement des structures publiques, privées et associatives, leur fournissant les bons outils pour les aider à mettre en place au sein de leur structure une politique de prévention du tabagisme. à un rythme qui leur convient.

Mois sans tabac en quelques chiffres

En France, le tabac reste la première cause évitable de décès, ce qui en fait un problème majeur de santé publique.

Les résultats du Baromètre français de la santé publique, publiés en mai 2021[1], ont montré que la prévalence du tabagisme s’était stabilisée en 2020, avec 25,5 % de fumeurs quotidiens, sans variation significative par rapport à 2019. Les estimations pour 2021 seront publiées par la fin 2022.

Le Fonds de lutte contre les addictions finance, dans le cadre de l’appel à projets Mois sans tabac 2022 lancé par les Caisses – Caisses primaires d’assurance maladie (CPAM), et la Caisse générale de sécurité sociale (CGSS) des départements d’Outre-mer – 341 des projets portés par des acteurs locaux (associations, collectivités locales, établissements de santé, professionnels de santé…).

Plus d’1 million de participants depuis le lancement de l’opération :

1 024 375 inscriptions enregistrées depuis la 1ère édition en 2016.

L’édition 2021 a généré :

[1] Pasquereau A et al. Usage du tabac chez les adultes en 2020 : résultats du Baromètre de la santé publique. Bull Epidemiol Hebd. 2021;(8):132-9.